31.07.2017 « PORTRAIT DE CREATEUR », à Charrat chaque trois semaines, découvrez un nouvel entrepreneur.

A son arrivée en Suisse, Dominique Gourmand a souhaité poursuivre ses activités professionnelles de conseillère aux entreprises. Riche d’une expérience de dix ans, elle a du transposer son modèle. Elle y a recréé son entreprise de conseil et d’accompagnement post-création pour les microentreprises et les indépendants de moins de cinq ans. Spécialisée dans la restauration et le commerce, elle offre une gamme de prestations de service dans le marketing et la gestion avec des suivis en entreprise échelonnés sur trois, six, douze ou vingt-quatre mois. L’organisation d’ateliers et l’analyse de plan d’affaires complètent son offre.

Dominique Gourmand
Conseillère aux entreprises
Duban-Gourmand Conseil, Charrat

Ouvert en octobre 2016
Séance Lance ta boîte ! en avril 2016

Comment avez-vous eu l’idée de l’entreprise ?
C’est l’activité que je pratiquais déjà en France, avant de rejoindre la Suisse. En 2006, j’ai suivi un cursus de six mois de formation à la création d’entreprises, une activité qui me plaisait particulièrement. J’ai ouvert mon restaurant en 2008. La crise a éclaté et le moment n’était plus opportun pour cette activité. Comme salariée, j’ai alors accompagné, pendant 4 ans, une trentaine de petites entreprises et indépendants dans leur première année d’activités. Intéressée par le monde de l’entreprise et connaissant bien les difficultés sur le terrain, j’ai souhaité me mettre à mon compte pour aider les nouveaux chefs d’entreprises et indépendants. Je me suis alors tournée vers une formation de gestion d’entreprise, complétée d’une formation spécifique d’où j’ai obtenu la certification de conseillère aux entreprises. Durant 3 ans, j’ai géré mon organisme de formation professionnelle à l’entrepreneuriat en dirigeant une équipe de trois personnes.

Je suis arrivée en Suisse en 2015, avec l’idée, déjà, de poursuivre ces activités. Mais je devais m’assurer que cela était possible. J’ai mis l’accent sur mes compétences transférables en développant les prestations marketing et gestion d’entreprise. Spécialisée dans la très petite entreprise à l’accompagnement post-création, j’ai développé mon entreprise en Suisse sur ces services.

De l’idée à la réalisation, combien de temps s’est écoulé ?
Moins d’un an s’est écoulé. J’étais à la recherche d’informations. J’en ai récolté de nombreuses sur les organismes existants, l’offre pour les entreprises, le nombre de faillites. Je devais évaluer également s’il était sûr de me lancer. Comme je connaissais préalablement la procédure pour créer son entreprise grâce à mes compétences professionnelles, cela était plus simple.

Quelle a été l’étape clé à la réussite de votre projet ?
L’étape clé a sans doute était le moment où j’ai pu réunir toutes ces informations. J’ai pu obtenir celles qui me manquaient auprès de l’Antenne Région Valais romand, notamment du point de vue des démarches administratives à entreprendre auprès des différents services en Valais. Une fois que tout avait été monté, on m’a dit «  si vous êtes prête, il faut y aller ». A partir de là, c’était parti.

Quels ont été les soutiens nécessaires, stimulants, réconfortants ?
Le soutien nécessaire dans le lancement de mon projet est venu de l’Antenne Région Valais romand. J’avais besoin des informations au niveau administratif. Le service est très réactif et professionnel, des qualités que l’on ne trouve pas partout. Des recherches ont été faites pour répondre à mes demandes, même les plus spécifiques. Car plus j’avançais dans le montage de mon projet d’entreprise, plus cela se refermait sur ces questions. Ne connaissant pas la législation suisse, il me fallait être sûre. Par exemple, le statut d’indépendant n’est pas pareil en Suisse qu’en France, c’était important pour moi de le savoir. Les informations obtenues sur les contrats de conseil m’ont été particulièrement utiles. Le modèle des séances « Lance ta boîte ! » est intéressant, notamment au niveau de l’échange avec d’autres créateurs d’entreprises.

Etre ou devenir entrepreneur ?
Pour moi, on l’est. On a l’âme d’entrepreneur ou non. Le fait d’avoir accompagné de nouveaux chefs d’entreprise en démarrage m’a fait remarqué quand elle n’est pas présente. Certains osent, mais ne l’ont pas ; d’autres l’ont, mais ne le savent pas. Beaucoup de personnes essaient de se mettre à leur compte, tout en conservant l’esprit de salarié. Ça ne fonctionne pas. C’est un métier que celui de chef d’entreprise. Il s’apprend, mais il faut l’âme et une prise de conscience.

Propos recueillis par l’Antenne Région Valais romand le 22 février 2017.

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16
F. +4127 720 60 18

www.regionvalaisromand.ch