16.08.2016« Portrait de créateur » : à Port-Valais

Devant le succès grandissant de son atelier d’art « Arte Magica » à St-Maurice, Sophie Dupont a inauguré son bureau de graphisme à Port-Valais. En grande partie autodidacte, elle réalise tous travaux d'illustration, de dessins artistiques, logos, affiches, flyers, cartes de visite et autres éléments graphiques.

Sophie Dupont
Atelier de graphisme
Sophie Dupont Illustrations, Port-Valais

Ouvert en juin 2015
Entretien-conseil en décembre 2014


Comment avez-vous eu l’idée de l’entreprise ?
Cela s’est fait petit à petit, par l’intérêt pour l’art graphique et le dessin. Lorsque j’ai ouvert mon école de dessin à St-Maurice, quelques commandes ponctuelles m’ont été adressées pour un portait, des cartes de visite. Ce qui m’a amenée à prendre la décision de développer cette activité. Cela s’est fait naturellement, portée par une demande croissante, sans qu’aucune publicité n’ait été faite hormis par le bouche-à-oreille. Ainsi, j’ai voulu investir dans un équipement informatique de qualité. Pour ce faire, j’ai dû vendre plusieurs de mes biens personnels, notamment ma moto. Je ne pouvais pas passer le reste de ma vie comme employée. Je ne rentrais pas dans le moule. Les circonstances m’ont amenée à voir que je pouvais me lancer. Oui, il y a des responsabilités, mais je fais comme j’ai envie ! Mon ambition est de me faire plaisir, de développer quelque chose de créatif et à mon rythme. Il m’est très difficile d’accepter des ordres, sans en partager l’avis ou la conception. C’est également un moyen de contourner le plafond de verre auquel les femmes se heurtent lorsqu’elles sont employées.

De l’idée à la réalisation, combien de temps s’est écoulé ?
2 ans, entre le moment où je me tâtais et celui où j’ai reçu les premières commandes conséquentes.

Quelle a été l’étape clé à la réussite de votre projet ?
Le déménagement de mon atelier, en février de cette année, dans un nouveau local. En 2012, j’avais déjà réduit mon activité salariée pour finalement l’abandonner deux ans plus tard afin de me concentrer sur le développement de mon entreprise. Cela s’est fait lentement. Au début, je recevais chez moi, puis dans un petit local peu onéreux, mais aussi très exigu et peu pratique. Le manque de place et la renommée de ce lieu freinaient mes activités. Déménager fut donc une nouvelle impulsion qui m’a professionnalisée. Je me suis donc donnée les moyens pour me lancer.

Quels ont été les soutiens nécessaires, stimulants, réconfortants ?
Je bénéficie d’un fort soutien familial qui m’aide à 200%. Mon père, ma mère et ma sœur ont aussi cette âme entrepreneuriale ce qui contribue à leur compréhension et à leurs bons conseils. Ils m’encouragent dans cette démarche. Je peux également compter sur le soutien inconditionnel de mes amis proches. Pour le travail sur le business plan, l’Antenne Région Valais romand m’a beaucoup aidée. Il est rassurant de pouvoir compter sur quelqu’un de neutre, qui répond, explique et guide sur le chemin de l’indépendance. Je me suis ainsi sentie moins livrée à moi-même.

Etre ou devenir entrepreneur ?
A la base, on l’est ! Le statut de salariée ne me convenait pas. Il y a à mon sens des dispositions nécessaires pour être entrepreneur comme : la prise de risques, la flexibilité, ne pas aimer les habitudes ou une volonté d’explorer.


Propos recueillis par l’Antenne Région Valais romand le 18 mars 2016

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16
F. +4127 720 60 18

www.regionvalaisromand.ch