19.12.2016« Portrait de créateur » : à Saxon

Chaque trois semaines, découvrez un nouvel entrepreneur.

Dans son laboratoire de technique dentaire, Joël Gillioz, 26 ans, souhaite conserver l’approche manuelle dans la conception des pièces le plus longtemps possible. Ses principales réalisations résident dans les appareils orthodontiques et les prothèses amovibles en résine. Tout en restant dans cette branche-là, de nouveaux produits sont proposés à ses clients. Une approche qui rencontre le succès.

Joël Gillioz
Technicien-dentiste
Gillioz Technique Dentaire Sàrl, Saxon

Ouvert en janvier 2016
Entretien-conseil en février 2015


Comment avez-vous eu l’idée de l’entreprise ?
J’ai réalisé plusieurs stages pour découvrir des professions. Finalement, le premier était le bon. Technicien-dentiste était la profession qui m’allait le mieux. J’ai du plaisir dans le milieu. Mon employeur durant les 4 ans de formation m’a rapidement fait confiance et laissé beaucoup d’indépendance ; c'était une chance pour moi, je le remercie. Diplôme en poche, j’ai pu conserver mon poste chez lui et rapidement j’ai su que je souhaitais aller plus loin. J’avais envie d’être mon propre patron et d’évoluer dans toutes les facettes de l’entreprise.

De l’idée à la réalisation, combien de temps s’est écoulé ?
La réflexion autour de l’idée d’être indépendant ou associé a duré deux ans. Je percevais déjà différents petits problèmes et points à clarifier en étant deux. Quand j’ai décidé de me lancer seul, cela est allé très vite ! J’ai arrêté mon choix en août 2015 et en janvier 2016 j’ouvrais seul un laboratoire. Après 10 mois d’activités, j’ai élargi ma clientèle et j’ai pu créer une place de travail à 40%.

Quelle a été l’étape clé à la réussite de votre projet ?
Dans mon précédent emploi, j’avais déjà entrepris de visiter des cabinets dentaires pour leur proposer mes travaux, et en complet accord avec mon employeur un client que j’avais démarché et qui m’a fait confiance m’a suivi. C’est grâce à cela que j’ai osé me lancer ce défi et de fil en aiguille, pour pérenniser mon entreprise, j’ai rencontré d’autres clients avec qui cela se passe bien.

Quels ont été les soutiens nécessaires, stimulants, réconfortants ?
En premier lieu, le soutien de ma femme m’aide beaucoup. Il y a plusieurs soirées dans la semaine où je ne suis pas à la maison, mais à mon établi. Ensuite, le fait d’aller prendre les informations là où elles se trouvent, comme auprès de l’Antenne Région Valais romand m’a été utile. J’ai apprécié les outils dispensés sur les formes juridiques et les réponses à mes questions sur l’association de partenaires. Finalement, il est réconfortant d’être entouré des bonnes personnes telles que l’assureur et le bon fiduciaire. Au niveau administratif, ils sont un soutien nécessaire pour ne pas être largué dans la paperasse.

Etre ou devenir entrepreneur ?
Je pense qu’on le devient petit à petit, car on découvre tous les jours ce qui arrive en étant son propre patron. Quand on fait notre première facture, on ne peut pas se prétendre entrepreneur, on le devient chaque jour. On apprend des différentes étapes. Après ça devient un roulement. Il faut cependant constamment y déployer beaucoup d’énergie.

Propos recueillis par l’Antenne Région Valais romand le 5 septembre 2016.

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16
F. +4127 720 60 18

www.regionvalaisromand.ch