09.01.2017« Portrait de créateur », à Sierre

Chaque trois semaines, découvrez un nouvel entrepreneur.

Depuis 2 ans, Ahmed Boukar a pu renouer avec sa profession de coiffeur-barbier, métier qu’il exerçait déjà dans son pays d’origine qu’est le Maroc. A Sierre, il a ouvert son salon pour homme et enfants où il offre à ses clients une palette de techniques propres. De la barbe aux sourcils, en passant par les lissages et les coupes à la lame, il aime prendre le temps de l’échange et soigner sa clientèle.

Ahmed Boukar
Coiffeur
Coiffure Baraka, Sierre

Ouvert en février 2015
Entretien-conseil en décembre 2014


Comment avez-vous eu l’idée de l’entreprise ?
Coiffeur est ma profession et je l’accomplis avec plaisir. J’aime prendre le temps de l’accueil du client, de partager des discussions avec lui, de travailler doucement. Dans mon pays d’origine, j’étais déjà propriétaire de mon salon de coiffure. En Suisse, j’ai exercé plusieurs activités avant de revenir à ma formation. J’étais heureux de reprendre ce métier qui me passionne. Je vis aussi l’intégration par le travail. Certaines journées, je côtoie près de six nationalités différentes. D’avoir mon salon me permet de mettre en place l’organisation que je souhaite et de consacrer le temps dont j’ai besoin à mes clients.

De l’idée à la réalisation, combien de temps s’est écoulé ?
J’ai arrêté l’idée fin décembre 2014. J’ai pu trouver ce local sur la rue centrale de Sierre qui me plaisait beaucoup. Les procédures d’aménagement du salon ont pris du temps. J’ai démarré l’activité en février 2015.

Quelle a été l’étape clé à la réussite de votre projet ?
L’étape clé a sans doute été de trouver ce local qui convenait à l’activité que je souhaitais développer. J’y ai créé l’ambiance que j’imaginais pour mes clients en réalisant moi-même une partie de l’aménagement et de la décoration.

Quels ont été les soutiens nécessaires, stimulants, réconfortants ?
Le soutien de l’Antenne Région Valais romand m’a donné du courage. Je ne connaissais rien aux démarches à entreprendre, bien que j’avais déjà l’expérience du métier. Les conseils m’ont aidé à avancer et maintenant je peux parfois même les dispenser à mes clients. Au départ, je n’avais pas de moyens, je cumulais deux emplois et j’ai réalisé les travaux moi-même avec le soutien d’amis et de la famille. D’être accompagné et conseillé m’a ôté quelques peurs.

Etre ou devenir entrepreneur ?
Je suis content de commencer doucement. Quand je trouve une solution à un problème, je le fais et ça me permet d’avancer. J’ai eu mon premier salon à 18 ans. Je pense que je suis patron dans l’âme et non employé.

Propos recueillis par l’Antenne Région Valais romand le 29 août 2016.

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16
F. +4127 720 60 18

www.regionvalaisromand.ch