28.11.2016« Portrait de créateur » : à Vouvry

Chaque trois semaines, découvrez un nouvel entrepreneur. Jeune cafetière, Aurélie Viguier met tout en place en trois mois pour reprendre un bistrot bientôt centenaire de son village. S’inspirant du lieu, elle décide d’y créer un bar à vins, type d’établissement public qui manquait dans le coin. A 25 ans, dans les six premiers mois de son activité, elle décroche également son diplôme de sommelière afin d’offrir un conseil professionnel et séduire une clientèle jeune.

Aurélie Viguier
Cafetière - sommelière
La QV, Vouvry

Ouvert en février 2015
Entretien-conseil en décembre 2014


Comment avez-vous eu l’idée de l’entreprise ?
J’ai l’idée de l’entreprise en moi depuis mes 18 ans ! Je rêvais d’être mon propre patron. Pendant plus de 8 ans, j’ai travaillé dans le milieu du service et j’y ai vécu de nombreuses expériences auprès de différents employeurs, et j’ai fait ma patente. Au moment où j’allais abandonner l’idée d’ouvrir mon propre établissement, l’opportunité de reprendre ce café du village s’est présentée. La patronne m’a confié lors d’un café qu’elle pensait à remettre son bistrot. Je devais le faire, au risque de le regretter ! En m’inspirant du lieu, j’ai décidé d’y créer un bar à vins dans une atmosphère jeune et moderne.

De l’idée à la réalisation, combien de temps s’est écoulé ?
Trois mois. J’avais déjà tout en tête depuis si longtemps. C’était assez clair pour moi. Cela s’est passé de manière rapide, car je savais ce que j’allais faire et je maîtrise mon sujet.

Quelle a été l’étape clé à la réussite de votre projet ?
C’est sans doute l’opportunité de pouvoir reprendre un établissement. Après mon entretien avec l’ancienne patronne, il m’a fallu une demi-journée de réflexion et je me suis lancée. A partir de là, j’ai cherché le financement, monté le business plan. Je me sentais bien entre ces murs qui ont une âme et où il s’y est passé tellement de l’histoire du village.

Quels ont été les soutiens nécessaires, stimulants, réconfortants ?
Le soutien de l’Antenne Région Valais romand et l’entretien que j’ai eu avec elle m’ont aidée à monter le projet et à me faire prendre conscience que cela nécessitait du sérieux. Il s’agit de faire les démarches correctement, de monter un business plan, esquisser un budget. Ma famille m’a également beaucoup soutenue, mon ami, mes proches, tous s’y sont mis pour m’aider. Je me suis lancée à 25 ans et je suis assez fière de cela ! J’étais consciente de la masse de travail. Par contre, il faut se préparer à être patron dans le privé et comme dans le professionnel. On doit incarner la stature de patron dans l’activité professionnelle comme dans le temps libre. Il faut savoir le maîtriser, car l’impact sur notre business est important.

Etre ou devenir entrepreneur ?
Etre entrepreneur. Je tiens cet esprit de mon papa, entrepreneur également. Etre son propre chef et ne pas être soumis à des ordres injustes. J’essaie d’être la patronne que j’aurais voulu avoir. Quand on peut s’investir autant pour quelqu’un, pourquoi ne pas le faire pour soi ? Quand je vois le bistrot plein, j’apprécie de m’arrêter un temps, observer et me dire que cela c’est grâce à moi…


Propos recueillis par l’Antenne Région Valais romand le 24 août 2016.

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16
F. +4127 720 60 18

www.regionvalaisromand.ch