14.01.2019Randos parcs en Valais: «Cette offre deviendra bientôt un service incontournable pour les stations»

Le val d’Anniviers a inauguré dimanche son nouveau rando parc, renforçant l’offre en la matière en Valais. De plus en plus de stations du canton, précurseur dans le domaine, franchissent en effet le pas, répondant à une demande grandissante.

C’est sous la neige que le val d’Anniviers a inauguré ce dimanche son nouveau rando parc. Les cinq parcours balisés pour tous les niveaux (deux faciles, deux assez difficiles et un difficile) sont répartis entre Saint-Luc et Chandolin. «Nous travaillons déjà à l’ouverture de nouveaux tracés à Zinal et Grimentz pour l’hiver prochain», annonce Vincent Theytaz, conseiller communal chargé du dossier. «Cela nous permettra de lier l’ensemble de la région à ce projet.»

Une région qui bénéficie ainsi d’un nouvel outil touristique réclamé par les locaux. «Les demandes dans tous nos offices étaient nombreuses et récurrentes», assure Michael Moret, directeur d’Anniviers Tourisme. «Cela permet également de compléter l’offre pour les touristes qui viennent séjourner chez nous. Depuis le début de l’hiver (ndlr: les deux premiers parcours ont été ouverts mi-décembre), les échos de nos partenaires sont très positifs.» 

Pour améliorer la cohabitation avec les skieurs

Lancé en avril 2018, le projet mené par la commune, l’office du tourisme et les remontées mécaniques Saint-Luc-Chandolin s’est rapidement concrétisé. «Toutes les parties avaient la même envie de le voir aboutir», reprend Vincent Theytaz. «Désormais, nous pouvons offrir des chemins sécurisés par les remontées mécaniques. De plus, la cohabitation avec les skieurs s’en voit améliorée.»

Des arguments qui font parfaitement écho à ceux entendus lors de l’ouverture du rando parc de Crans-Montana il y a un an dont Anniviers s’est largement inspiré. Douze mois après son ouverture, Samuel Bonvin, responsable marketing à Crans-Montana Tourisme, semble conquis. «C’est une réussite! Depuis le lancement, on a reçu plusieurs appels de stations italiennes et françaises qui s’intéressaient à ce concept qui n’est pas encore très développé chez eux.»

«Il en faut pour tous les goûts» 

Séverine Pont-Combe, victorieuse de la PDG, a dessiné les itinéraires du Haut-Plateau. «Ce genre d’initiatives est génial pour promouvoir notre sport. Faire du ski-alpinisme sur des parcours sécurisés et en pleine nature, c’est tout de même plus sexy que de remonter les pistes.» Un avis partagé par un autre champion du ski-alpinisme aujourd’hui à la retraite, Florent Troillet. Parrain du Rando Parc d’Anniviers, il apprécie la possibilité d’avoir des tracés pour les débutants. Et pour certains «puristes» qui les comparent à des autoroutes? «Il en faut pour tous les goûts. Si je souhaite être seul, je sais où me rendre. Je pense que la montagne est assez grande pour cela.»

Si Anniviers s’est inspiré de Crans-Montana, la première station valaisanne à avoir franchi le pas est Morgins, il y a deux ans. «Je ne prends pas trop de risque en disant que nous sommes les premiers au monde à l’avoir fait», précise Benjamin Arvis, responsable marketing de Région Dents du Midi SA. «Tout est parti de notre difficulté à communiquer sur le ski de randonnée. L’activité a un réel potentiel touristique, mais il nous était impossible de la valoriser car sa pratique était très libre et individuelle.» 

Des retombées certaines mais incalculables à Morgins

En collaboration avec Yannick Ecœur – membre de l’équipe suisse – , la station développe sept itinéraires. «Le succès a été immédiat, notamment auprès de la clientèle locale qui profite de ces tracés après le travail (ils sont ouverts jusqu’à 21h30)», ajoute le responsable marketing. 

Après deux hivers entiers d’ouverture, il est convaincu des retombées économiques de l’activité: «Même si nous n’avons pas de chiffres précis, elle profite aux restaurants, aux magasins de sport (vente ou location du matériel) et aux hébergeurs. Pour ces derniers, il s’agit pour l’instant de clients qui viennent du bassin lémanique ou de la France voisine et qui réservent de courts séjours. Mais cela pourrait changer, puisque des médias du monde entier s’intéressent à notre concept.»

Un concept qui fait donc des émules dans le canton. Valais-Wallis Promotion y recense d’ailleurs sept randos parcs. Cette multiplication n’effraie pas le directeur d’Anniviers Tourisme Michael Moret. «On ne peut pas parler de concurrence. À mon avis, cette offre deviendra bientôt un service incontournable.»

Reste encore à décider de la forme. De nombreuses stations misent sur les randonnées nocturnes sur les pistes. C’est le cas à Nax, où le président des remontées mécaniques Fred Pont n’envisage pas d’en changer. «Depuis dix-huit ans, nous réservons la piste pour les randonneurs tous les jeudis soir. Avec une moyenne de 350 personnes environ, l’affluence y est plus que satisfaisante pour une activité qui est devenue une tradition au fil des ans.» 

Le chiffre : 7

Valais/Wallis Promotion recense actuellement sept randos parcs dans le canton (Anniviers, Torgon, Morgins, Verbier, Arolla, Nendaz et Crans-Montana).

Bientôt un 8ème ?

Le district d'Entremont et les communes valdôtaines de la Vallée du Grand-Saint-Bernard développent ensemble un nouveau produit touristique transfrontalier pour faire de leurs deux territoires un point de référence européenne pour le ski alpinisme. La création de ce parc est financée par le programme Interreg V-A Italie-Suisse 2014-2020. L'Antenne Région Valais romand gère le projet pour la partie suisse.

Pour plus d'information à ce sujet, consultez la page projet y relative.

 

Source : Le Nouvelliste, Justin Grept, 14.01.2019
Illustration : Le Nouvelliste, Louis Dasselborne, 14.01.2019
Légende : Vincent Theytaz (conseiller communal, en bleu) s'est rendu sur l'un des parcours avec les parrains du Rando Parc Florent Troillet (à gauche) et Maximilien Drion.

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16

www.regionvalaisromand.ch