29.04.2020Le SAB réclame des mesures pour atténuer les effets à long terme de la crise du coronavirus

Le Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB) constate, que les régions de montagnes sont particulièrement touchées par la crise du coronavirus. Les effets à long terme se feront particulièrement sentir dans ces régions. Le SAB propose ainsi une série de mesures, afin d’atténuer ces conséquences. La politique économique suisse doit davantage miser sur le renforcement des chaînes de production régionales et locales. Les points forts en sont : la santé, le tourisme, la politique régionale, les infrastructures et compétences digitales, l’agriculture et l’économie forestière, les transports, ainsi que les institutions liées à la sécurité.

Depuis mars 2020, la crise du coronavirus a touché la Suisse de plein fouet. Le tourisme est particulièrement concerné. Celui-ci constitue l’un des principaux piliers économiques des régions de montagne. Une étude de la HES-SO Valais estime que les pertes de chiffres d’affaires, pour le seul secteur touristique, s’élèveront à près de 6,4 milliards de francs, à la fin de cette année. Environ 17% des entreprises touristiques vont probablement disparaître. La situation dans le tourisme ne se stabilisera qu’en 2022 au mieux. Cependant, beaucoup d’autres branches économiques sont aussi fortement touchées. Le Secrétariat d'Etat à l'économie estime que le produit intérieur brut baissera d’environ 10% cette année et que le taux de chômage va augmenter massivement.

Le comité du Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB) est convaincu, qu’il faut s’adapter, afin d’atténuer les effets à long terme de la crise du coronavirus. Ainsi, il faut mettre en évidence le fait que le modèle d’une économie mondialisée est très vulnérable, dans ce genre de situations. Par conséquent, la politique économique suisse doit davantage miser sur le renforcement des chaînes de production régionales et locales.

Tourisme

Pour le tourisme, le SAB demande, entre autres, que des moyens financiers supplémentaires soient mis à disposition de Suisse tourisme, afin de pouvoir lancer une campagne de promotion, vers la fin de la crise. D’autre part, il faut développer de nouvelles offres touristiques. Pour ceci, il est nécessaire de renforcer les programmes d’aide à l’innovation, tels qu’Innotour et Innosuisse. Le SAB demande aussi qu’un montant de 100 millions de francs soit versé dans le fonds pour le développement régional. Cette augmentation extraordinaire doit permettre de soutenir des projets novateurs, notamment pour le tourisme, avec des moyens à fond perdus. La politique régionale de la Confédération doit renoncer à n’encourager que des projets visant à exporter des biens de leur région d’origine. A l’avenir, l’accent doit être mis sur des projets renforçant les circuits courts et l’économie régionale.

Télécommunication

La crise du coronavirus démontre, une fois de plus, l’importance des infrastructures digitales. D’un jour à l’autre, les élèves ont dû rester à la maison et l’enseignement a dû se faire à distance. Des milliers d’employés sont restés chez eux pour faire du télétravail. Les réseaux de télécommunications ont atteint leurs limites. Il est évident que les réseaux de fibre optique et de télécommunication mobile (5G) doivent être déployés rapidement. Des approches, comme les «smart villages», doivent davantage être promues et réalisées. Le SAB s’engage à inciter le plus de villages de montagne possible à se transformer en villages intelligents.

Santé

Dans le domaine de la santé, les planifications hospitalières cantonales doivent être revues. Il faut intégrer ces dernières dans un concept global, regroupant les capacités d’urgence de l’armée et de la protection civile. Cette vision globale doit conduire à une planification des lits hospitaliers, afin de pouvoir répondre aux demandes liées aux périodes de crise. Le manque de personnel soignant (Obsan estime ce manque à 65'000 personnes jusqu’en 2030) doit être résolu. Pour le SAB, il est primordial que le Parlement fédéral accepte le contre-projet indirect à l’initiative populaire «Pour des soins infirmiers forts», tel que proposé par le Conseil fédéral.

Agriculture / sylviculture

Dans l’agriculture et la sylviculture, il faut encourager les approches mettant en valeur des chaînes de production régionales et locales. Dans le domaine de l’économie forestière, il faut davantage promouvoir les constructions recourant au bois indigène, ainsi que l’utilisation du bois comme ressource énergétique endogène et renouvelable. Dans l’agriculture, il est nécessaire d’encourager la construction de systèmes d’irrigation et de gestion intégrée de l’eau. Ceci aussi afin d’atténuer les effets du changement climatique qui se manifestent ce printemps par une période de sécheresse.

Transports

Dans le domaine des transports les grands projets qui ont été décidés dans le cadre du Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA), ainsi que du Fonds d’infrastructures ferroviaires FIF, doivent être rapidement lancés. Les travaux de réfection et d’assainissement des réseaux de chemin de fer et des routes doivent être accélérés. Pour les entreprises de transports publics ayant un taux élevé de transports touristiques, il faut trouver une solution financière pour compenser les pertes dues à l’arrêt d’exploitation ordonné par le Conseil fédéral.

En savoir plus

 

Source : communiqué du 28.04.2020, Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB)
Illustration : ©Valais/Wallis Promotion - David Carlier

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16

www.regionvalaisromand.ch
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok