01.05.2019Vétroz : 30 km/h et des places où il fait bon vivre

La future traversée du village a été dévoilée lundi à la population. Augmenter la qualité de vie en pensant au-delà du trafic routier : le projet suit une tendance cantonale.

Demain, on traversera Vétroz moins vite et moins souvent en voiture. On rejoindra son centre en transports publics et
on s’y arrêtera plus longtemps pour flâner. Ce futur, c’est celui qu’espèrent la commune et le canton qui travaillent conjointement sur la nouvelle traversée du village, inscrite dans la requalification de la route cantonale T9. «Ce projet démontre un changement de mentalité à l’échelle du canton, où ce n’est plus le village qui s’adapte à la route, mais la route qui s’adapte au village», présente Vincent Pellissier, chef du service cantonal de la mobilité.
Alors que les habitants ont, en nombre, découvert ses projections ce lundi, le dossier a été, rappelons-le, au coeur d’une bisbille politique la semaine dernière. Invoquant un manque de considération de la commune dans le cadre de ce projet, la commission Agglo de Vétroz avait démissionné en bloc.

Plus de sécurité, moins de bruit

Que réserve concrètement le lifting de la traversée du village aux Vétrozains ? La route cantonale – empruntée aujourd’hui par 15 000 véhicules par jour – sera rétrécie en largeur et ses trottoirs agrandis. Les passages sous-voies seront supprimés au profit de nouveaux passages piétons. Et la limitation de la vitesse sur le périmètre du centre construit passera à 30 km/h – sans constituer une réelle zone 30. Le président de la commune Olivier Cottagnoud explique ce choix : «Il sert à amener plus de sécurité, puisque les piétons seront davantage présents. De plus,  il permet de baisser les nuisances sonores pour les maisons voisines.»
Des mesures vont aussi inciter les citoyens à prendre davantage les transports publics ou à éviter de traverser le village en
voiture pour transiter. Le car ne s’arrêtera plus sur des places d’évitement mais directement sur la chaussée, et la cadence
de la desserte par le bus est souhaitée au quart d’heure lors des moments de pointe.
Enfin, le projet prévoit de revaloriser trois places, celle de la Poste, celle de l’Amigne et celle des Ecoles. Celles-ci seront refaites, embellies, arborées et leur bitume sera coloré. «L’objectif est de donner envie à ceux qui traversent Vétroz de s’y arrêter», explique Olivier Cottagnoud.
Le coût du projet, porté notamment par le bureau lausannois Localarchitecture, s’élève à 12 millions de francs. Inscrit dans les mesures d’Agglo Sion, il sera financé à hauteur de 40% par la Confédération. Les 60% restants seront partagés,
vraisemblablement dans une proportion 50-50, entre le canton et la commune de Vétroz.
Le dossier sera mis à l’enquête la semaine prochaine. Après le traitement des oppositions, le premier coup de pioche pourrait être donné en 2020 et la durée des travaux est estimée à 2 ans.

Points d’interrogation

Lors de la présentation, la population a soulevé quelques interrogations et émis quelques craintes. Présence de places de parc, nécessité d’une vitesse à 30 km/h, abandon d’un passage sous-voies emprunté par les écoliers ont notamment été mis sur la table par les Vétrozains. Un point du dossier a aussi fait parler de lui : la déviation du trafic du centre du village sur la route de débord sud entre Conthey et Ardon, plébiscitée par le nouveau projet. Une route de contournement qui doit être améliorée et qui risque de ne pas être prête ou optimale lorsque le centre de Vétroz découvrira son nouveau visage…
Affaire à suivre.

Source : Le Nouvelliste,  Agathe Seppey, 30.04.2019
Illustration : DR

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16

www.regionvalaisromand.ch
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok