11.02.2019Bagnes et Vollèges se sont dit un grand oui

Les citoyens ont accepté à 69% l’union de leurs communes avec un taux de participation de 80% à Vollèges. Val de Bagnes verra le jour en 2021.

Le suspense aura duré jusqu’à la dernière minute. A l’issue d’une campagne très calme durant laquelle les partis politiques n’ont pas donné de mot d’ordre, le président de Vollèges, Christophe Maret, exprime tout son soulagement à l’annonce des résultats. Les Bagnards ont accepté l’union à 69,5%, les Vollégeards à 68,8%. «Je suis ravi que ce oui soit sans appel avec un taux de participation de 80%, ce qui est historique sur notre commune ! Mais hier encore, j’étais inquiet. Comme les gens ne se sont pas franchement exprimés en faveur ou en défaveur de la fusion, je me disais que tout pouvait arriver. Je craignais que les quelques éléments d’incertitude motivent un refus.»

Quant à son homologue de Bagnes, Eloi Rossier, il dit tout son soulagement face aux 57% de taux de participation sur sa commune. «Parfois, nos citoyens peinent à se rendre aux urnes. Mais ce chiffre démontre qu’ils ont saisi l’importance
de cette fusion pour le développement futur de toute la région. L’union de deux communes est un acte historique.» La nouvelle entité nommée Val de Bagnes verra donc le jour le 1er janvier 2021.

«J’espère qu’ils tiendront leurs promesses…»

Les résultats ont été proclamés à la salle du Casino à Vollèges, où les autorités ont invité la population à partager une raclette. Sur place, des citoyens des deux communes sont venus célébrer leur mariage dans une ambiance conviviale, dégustant les fromages d’Etiez, Verbier ou Lourtier.

Bruno Moulin, un des rares opposants déclarés à la fusion, y était aussi. Il reconnaît que le résultat ne laisse aucune place à l’interprétation mais félicite son groupement d’opposants d’avoir au moins nourri le débat. «Je ne le prends pas comme une défaite personnelle. Nos moyens étaient incomparables. C’était un peu David contre Goliath… Maintenant, je ne peux qu’espérer qu’ils tiendront leurs promesses.» Elu sous la bannière PDC au Grand Conseil, Bruno Moulin dit s’intéresser à un siège au Conseil général de Val de Bagnes. «Même si certains ont prédit ma mort politique avec cette campagne anti-fusion…»

Christophe Maret ne part pas à la présidence

Dès à présent, il reste deux ans aux administrations de Bagnes et de Vollèges pour préparer leur fusion. «Beaucoup
de services sont déjà gérés de manière commune mais il reste les travaux publics par exemple. Et je me suis engagé à approcher le personnel communal pour préparer la transition en douceur », détaille Christophe Maret. Bagnes devra quant à elle s’appliquer à régulariser les dossiers de constructions illicites dans les meilleurs délais. «Avec ou sans fusion, nous faisons un travail considérable pour tourner la page de cette triste affaire au plus vite. Cela est profitable pour tout le monde, y compris pour le canton. La date du 1er janvier 2021 ne nous met pas une pression supplémentaire», a commenté Eloi Rossier.
Si les partis politiques se sont faits discrets durant la campagne, ils devront dès à présent réfléchir à leur stratégie pour
occuper une place de choix dans le futur Conseil général de Val de Bagnes. Quant au siège du président, c’est sûr, il ne sera pas occupé par Christophe Maret. «Je ne me présenterai pas. Cela ne fait pas partie de mes projets personnels », nous a-t-il confié. Quant à Eloi Rossier, il est resté plus évasif. «Je ne dirai rien à ce sujet aujourd’hui. Les choses se décanteront en temps voulu.»

Une bière aux armoiries de la future commune

Pour accompagner la raclette, la Brasserie de Vollèges a dévoilé sa nouvelle création. Une bière rousse du nom de Val de Bagnes dont l’étiquette affiche les armoiries de la future commune. «Si le non l’avait emporté, nous l’aurions bue à carnaval», lâche Serge Moulin, président de la brasserie. «Mais comme nous étions certains que la fusion allait passer, nous l’avons faite équilibrée, douce, sans amertume et surtout avec l’eau de Louvie pour marquer notre union.» Trois cents litres ont été mis en bouteilles, mais la production sera désormais élargie. «Elle deviendra officiellement notre sixième bière.»

Divers retours médias

 

Source : Le Nouvelliste, Sophie Dorsaz, 11.02.2019
Illustration : Le Nouvelliste, Sacha Bittel

 

 

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16

www.regionvalaisromand.ch