20.01.2020Ils sont jeunes, dirigent leur commune et sont les nouveaux boss du PDC et du PLR

Joachim Rausis et Florian Piasenta, les nouveaux présidents du PDC et du PLR valaisans, partagent plusieurs points communs. Portrait croisé.

Ils n’ont pas le même quotidien. Joachim Rausis consacre sa vie à la politique. Florian Piasenta multiplie les activités économiques dans sa commune de Salvan. Les tout frais présidents du PDC et du PLR valaisans se ressemblent toutefois à plusieurs égards.

Ils sont de la même génération et ont tous deux accompli des études supérieures. Joachim Rausis a étudié la philosophie et la sociologie de la communication et des médias à l’Université de Fribourg, avant d’être engagé comme secrétaire communal à Orsières. Florian Piasenta a suivi un apprentissage et fréquenté l’Ecole hôtelière de Genève. Il a ensuite travaillé dans des hôtels aux Etats-Unis et aux Emirats arabes unis, avant d’occuper une fonction de cadre au marketing du Groupe Mutuel.

Héritage politique

Les deux nouvelles figures de leur parti se connaissaient surtout pour siéger ensemble à l’Antenne région Valais romand, un centre de compétences qui appuie les communes dans différents domaines.

Car comme leurs papas avant eux, les Bas-Valaisans siègent à l’exécutif de leur village de vallée, avec la casquette de président depuis 2016. Mais alors que Florian Piasenta n’a commencé la politique qu’en 2012 à Salvan et s’est présenté aux fédérales l’automne dernier, Joachim Rausis émergeait politiquement au niveau cantonal sept ans plus tôt.

Le suppléant devenu député puis président de commune et chef de groupe l’admet volontiers: «Je suis un politicien professionnel.» Et pas question d’en rougir: «En occupant un mandat communal, on reste proche du terrain. Avec dix collègues miliciens, on ne peut pas dire que je prenne des décisions depuis une tour d’ivoire.»

Piasenta plus radical que libéral

Reste que l’annonce de sa candidature à la tête du parti a moins surpris que celle de Florian Piasenta. Lui qui, l’automne dernier, a mené campagne sur la liste Avenir écologie, apparentée au PLR. «J’ai une sensibilité écologique, mais je suis avant tout un libéral-radical», insiste celui qui ne pense pas servir d’alibi à son parti, à l’heure où le vert est à la mode. «Je ne vais pas tout chambarder. Il faut y aller progressivement pour que ça marche; l’écologie n’est possible qu’avec le soutien de l’économie.»

Et l’économie, il connaît. A Salvan, les Piasenta ont racheté le complexe zoo-piscine-café-restaurant en 2015. Ils y construisent un hôtel et viennent de racheter un autre restaurant. Le «magnat» local réfute cependant vouloir contrôler tout le village. «La réalité, c’est que je gère deux PME, pour lesquelles je travaille chaque jour, y compris en tenant le bar. Arrêtons de toujours assimiler les patrons à des méchants!» Malgré sa foi en l’économie privée, celui qui ne porte jamais la cravate, et ne se la raconte pas, se considère davantage comme un radical que comme un libéral.

Rausis le chef de groupe, c’est fini

Mis à part la course à pied, le ski-alpinisme et la gastronomie, Florian Piasenta s’engage à 100% dans ses activités entrepreneuriales et associatives. «Célibataire et sans enfants, mon boulot est devenu ma vie.»

Marié et «père au foyer à 20%», son homologue du PDC n’a plus que la lecture à côté de la politique et de ses enfants de 4 ans et demi et 7 ans et demi. «Je ne trouve malheureusement plus le temps pour faire du sport.»

Alliance pour le Conseil d’Etat peu probable

Du temps, les deux présidents en auront encore moins qu’hier. Même si Joachim Rausis cèdera sa fonction de chef de groupe à Muriel Favre-Torelloz, et Florian Piasenta renoncera à quelques comités.

Du temps, les politiciens ne devraient, en revanche, pas en prendre pour façonner une alliance PDC-PLR pour les cantonales 2021. Car même si les deux partis ont œuvré de concert lors des élections au Conseil d’Etat de 2017, Florian Piasenta se dit partisan de la formule gouvernementale 2 1 1 1, plus représentative des différents partis du canton.

Joachim Rausis «prend note». S’il reconnaît que le vieil affrontement systématique PDC-PLR n’a plus lieu d’être, il prévient, avec l’élocution posée qui le caractérise: «Mon objectif principal dès aujourd’hui est de conserver la majorité absolue du PDC au Conseil d’Etat.»

Mais avant ça, Florian Piasenta et Joachim Rausis ont la campagne des communales devant eux. Et davantage le même quotidien.

Source : Le Nouvelliste, Romain Carrupt, 17.01.2020
Illustrations : Le Nouvelliste/Christian Hoffmann (archives)

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16

www.regionvalaisromand.ch
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok