23.06.2014PME - L'expérience récompensée par un diplôme

Un nouveau brevet fédéral permet aux femmes de valider leurs acquis en gestion d'entreprise.

Découvrez l'article complet du Nouvelliste ci-dessous :

En quoi consiste le processus de validation des acquis?
La formation comprend trois week-ends de coaching en groupe, dix heures de coaching personnel et un accompagnement durant le processus. En plus, il faut compter 500 heures de travail. En comparaison, la voie scolaire par modules en demande 1000. La validation est donc la voie royale pour les femmes qui ont déjà de l'expérience, car elles peuvent continuer de mener leurs activités au sein de l'entreprise. Au niveau financier, il faut compter 7000 francs (contre 15 000 par voie scolaire) entre l'accompagnement et les frais d'inscription aux examens.

A qui est-il destiné?
Le brevet est conseillé pour les femmes gérant la PME familiale avec leur conjoint depuis au moins 5 à 8 ans et s'occupant de la gestion administrative de l'entreprise et du personnel. Les 15 inscrites au premier processus d'accompagnement provenaient de domaines très variés (bâtiment, tourisme, marché de l'art, etc.) couvrant finalement tous les champs des arts et métiers.

Pourquoi avez-vous mis sur pied ce programme de validation des acquis?
Ayant participé à des projets similaires sur le plan européen, je désirais développer cela en Suisse. Le but de ce brevet fédéral est de démontrer le haut niveau de compétence des femmes qui dirigent des PME. Trop souvent, elles sont dans l'ombre et leur travail n'est pas considéré à sa juste valeur. Ce diplôme professionnalise leur pratique et leur donne la possibilité de former des apprentis.

Et nous savons combien les titres sont importants en Suisse!


Sylvie Rizzelli est femme au foyer, mais pas seulement. Elle est aussi directrice administrative de l'entreprise familiale de peinture montée conjointement avec son mari, il y a 16 ans. Du secrétariat à la gestion administrative et financière de l'entreprise, Sylvie a tout appris sur le tas. Coiffeuse de formation, elle n'avait pas de compétence dans les domaines de l'informatique et du secrétariat: "Mon seul bagage était quelques cours de dactylo. Je me suis entourée de bonnes personnes qui m'ont prodigué des conseils et me suis formée en pratiquant", explique-t-elle.

Depuis longtemps, Sylvie Rizzelli cherchait à professionnaliser ses acquis. "Aucune formation jusqu'alors ne me semblait assez complète. Ou bien elle traitait de comptabilité, ou bien d'administration. Et c'était impensable pour moi de reprendre une formation à temps plein. La voie de la validation des acquis était donc une formule parfaite, car j'ai continué à administrer l'entreprise en parallèle", raconte-t-elle.

Concrètement, le brevet fédéral de validation des acquis se déroule sur un an et demi, durant laquelle les femmes d'entrepreneurs se retrouvent trois week-ends pour du coaching. Un dossier d'équivalence sur la gestion de leur PME d'une soixantaine de pages leur est ensuite demandé pour pouvoir se présenter aux examens. Le brevet a été mis sur pied par l'Union suisse des arts et métiers, cinq associations professionnelles et le groupe de Femmes PME suisses.

Ce printemps Sylvie Rizzelli figurait parmi les dix premières femmes suisses à décrocher une reconnaissance fédérale pour leur implication dans la gestion d'une PME familiale. Elle est la première valaisanne. Sur le plan national, on estime à 50 000 le nombre de femmes qui dirigent conjointement une entreprise avec leur mari.

Une reconnaissance bienvenue

Ce brevet fédéral, Sylvie Rizzelli n'avait aucune obligation de le passer. Reprendre une formation à 40 ans était même un véritable challenge. Mais elle l'a considéré comme une reconnaissance nécessaire qui légitime son rôle dans l'entreprise. "J'ai validé mes connaissances, en mettant des termes précis sur mes activités et me sens à présent plus sûre de moi dans mon travail", témoigne la directrice administrative de la PME, qui emploie six personnes. "Avant, je n'osais pas dire que je gérais l'entreprise, ni que j'étais secrétaire car aucune formation ne l'attestait!" Par ailleurs, ce titre est aussi le meilleur moyen de se protéger en cas de reprise, faillite de l'entreprise ou de divorce. "Il ne faut pas être naïf, mieux vaut se protéger. Mon mari est plus âgé que moi et qui sait ce que l'entreprise deviendra quand il arrivera à la retraite."

L'échange avec les autres candidates au brevet, les dossiers à rédiger sur l'entreprise, autant d'éléments de la formation qui ont aussi poussé le couple à une réflexion sur l'avenir de leur société. En mai, une dizaine de femmes ont été diplômées, le prochain processus d'accompagnement débutera début septembre.  


Source : Le Nouvelliste du 23.06.14
Photo : Sylvie Rizzelli est directrice administrative de l'entreprise familiale de peinture montée conjointement avec son mari. Copyright : Le Nouvelliste
Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16
F. +4127 720 60 18

www.regionvalaisromand.ch