15.05.2019Nendaz-Veysonnaz : 25 millions pour une liaison stratégique

Les remontées mécaniques construisent une télécabine pour fluidifier le trajet entre Haute-Nendaz et les 4 Vallées. En trois ans, la société a investi 60 millions.

Vingt-cinq millions d’investissement cet été : 13 millions pour une nouvelle télécabine qui remplace deux installations vétustes et 12 millions pour enneiger mécaniquement le tronçon entre Siviez et Veysonnaz. Objectif : rapprocher Haute-Nendaz des 4 Vallées. Les remontées mécaniques de Nendaz-Veysonnaz (NVRM) misent sur le confort et la fluidité pour améliorer leur réseau.

Selon son directeur François Fournier, les 95% du domaine pourront être enneigés artificiellement. La société a investi 60 millions sur les trois dernières années avec, notamment, la télécabine de la piste de l’Ours, en 2016.

1,6 km en cinq minutes

Dès la saison prochaine, il faudra cinq minutes pour relier Prarion au Plan-du-Fou. Aujourd’hui, le même trajet est bien plus fastidieux puisqu’il faut prendre un téléski et un téléphérique. Le débit, surtout, est faible, avec 800 passagers à l’heure. Or, cette liaison est stratégique pour Haute-Nendaz. Située en aval de la télécabine de Tracouet, elle permet
de relier la station au reste des 4 Vallées. «Nous allons résorber un goulet d’étranglement car le débit de la nouvelle installation sera similaire à celui de Tracouet avec 2'400 passagers par heure», explique François Fournier. Le trafic sera
donc beaucoup plus fluide pour rejoindre le Plan-du-Fou et, de là, Siviez et le Mont-Fort.
Une autre conséquence de cette installation touchera la circulation routière. «Trop de gens se rendent en voiture à Siviez et, avec cette installation, nous allons remettre Tracouet sur la carte.»

Ouverture en décembre 2019

«La nouvelle télécabine sera opérationnelle le 15 décembre au plus tard», annonce le responsable des projets, Serge Guntern. Entre les treize pylônes, les gares d’arrivée et de départ, le chantier s’annonce imposant, mais les délais seront
respectés. «Tout est planifié depuis le dépôt de la mise à l’enquête, en 2017», affirme Serge Guntern qui soulève néanmoins un souci inattendu: «Il y a encore 1,5 mètre de neige à 2000 mètres. Pour l’instant, les machines de chantier déblaient au lieu de creuser.»

Huit millions d’autofinancement

Ces investissements se feront avec un tiers de crédits NPR du Canton et de la Confédération, un tiers d’emprunt et un tiers de fonds propres. Petite pique à deux stations du Magic Pass, Anzère et Crans-Montana, la société se targue de financer ces opérations sans demander l’aide des communes et sans l’apport d’un investisseur étranger. «Notre modèle économique basé sur des privés, mais des locaux, fonctionne bien, la société est saine», se réjouit François Fournier. Depuis 2016, le directeur annonce une progression de 11% de la fréquentation et de 13% des recettes de transport. NVRM dégage une marge d’autofinancement de 8 millions, de quoi rembourser en trois ans les installations construites cet été.
C’est un cycle qui se termine pour NVRM qui ne prévoit pas de gros investissements dans les cinq prochaines années,
mais se focalisera sur l’amélioration de ses restaurants.


Source : Le Nouvelliste,  Alexandre Beney, 15.05.2019
Illustration : Nendaz-Veysonnaz Remontées Mécaniques SA


Divers retours médias

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16

www.regionvalaisromand.ch