24.09.2015Un centre médical pourrait ouvrir en 2016

HAUT-PLATEAU - Un projet de centre médical a été présenté aux présidents par la société Magellan et des médecins de la région. Les partenaires sont enthousiastes.

Le diagnostic est alarmant. Sur les sept médecins généralistes du Haut-Plateau, six partiront à la retraite dans les dix prochaines années.
Fort de ce constat, le médecin Louis Bonvin a fait part de ses inquiétudes à la société Magellan, exploitante de huit centres médicaux entre Genève et Vaud. «Aujourd’hui, les médecins installés n’arrivent plus à couvrir la demande. Quand j’ai moi-même cherché des jeunes médecins avec qui collaborer, je n’ai essuyé que des refus. Ils trouvent que les exigences en termes de charge de travail sont trop élevées», explique le généraliste de Crans-Montana. Le projet d’un centre médical en station a donc été présenté mardi aux présidents des six communes du Haut-Plateau, en collaboration avec le Dr Hakan Kardes, directeur du groupe Magellan.
Pour assurer la prise en charge des résidents et des touristes sur le long terme et maintenir une médecine généraliste de qualité, l’objectif est de recruter des nouveaux médecins pour atteindre huit équivalents plein-temps dans les cinq prochaines années. Le centre prendrait place dans les locaux du Dr Bonvin, au cœur de la station.

Les médecins de la région sont favorables
«L’important est de travailler en amont avec les médecins installés pour qu’ils soient partie prenante du projet. Ensemble, nous définissons une conception du cabinet de groupe et mettons en place un management qui permette aux médecins de prendre des décisions stratégiques pour le centre, sans s’occuper de l’administratif», détaille le Dr Kardes, qui a fondé la société Magellan après avoir lui-même ouvert un premier centre médical au Lignon à Genève. Un point partagé par Monique Lehky-Hagen, présidente de la Société médicale du Valais. «L’essentiel dans ce type de processus, est que les médecins soient associés à la démarche. On entre dans une nouvelle ère, où politiciens et médecins doivent travailler main dans la main.»
Sur les sept généralistes que compte le Haut-Plateau, la majorité s’est montrée favorable à l’ouverture d’un tel centre. «Travailler en groupe permettra un partage du travail et l’échange des compétences, ce qui est très appréciable quand on exerce une médecine générale au sens large du terme», ajoute le Dr Louis Bonvin.

Moins d’administratif, plus de soins
Pour les patients, un cabinet médical offre l’avantage d’horaires élargis, jusqu’à 19 heures en semaine, une ouverture le samedi matin, ainsi qu’une permanence sept jours sur sept en saison. Les médecins quant à eux verront leurs charges diminuées, les coûts administratifs étant partagés par l’ensemble des partenaires du cabinet. «Il sera plus facile pour les médecins d’exercer à temps partiel. Le but est qu’ils se concentrent sur les soins, non plus sur la gestion de leur cabinet», note le directeur général de Magellan.

1,5 million demandé aux communes
Pour réaliser les neuf cabinets, les six salles de soin, le laboratoire, la salle de radiologie et les salles de réception et conférence que comptera le centre médical de la future société Centre médical du Haut-Plateau SA, 1,5 million de francs sont requis. Ce montant a été demandé aux six communes, enthousiasmées par le projet qui répond à une réelle préoccupation.
«Le montant d’1,5 million n’est pas un problème en soit, car il sera réparti entre six communes, selon la clé de répartition de l’Association des communes de Crans-Montana, dit Stéphane Pont, président de l’ACCM. Il s’agit maintenant de connaître les modalités de cette prise en charge. Se fera-t-elle sous forme de fonds perdus, de remboursement ou de participation à l’actionnariat de la société?»
Selon le Dr Hakan Kardes, la solution qui se dessine est la création d’une société anonyme dont l’actionnariat sera réparti entre les communes, Magellan et les médecins. Une fois ces modalités réglées, les montants seront inclus aux budgets 2016 des communes, puis présentés aux assemblées primaires en décembre. L’ouverture des locaux est prévue en avril 2016.

L'exemple de Vouvry
Pour encourager les élus du Haut-Plateau à s'engager dans un projet de regroupement des médecins, le président de Vouvry, Reynold Rinaldi, et la sous-préfète du district de Monthey, Rose-Marie Antille, leur ont présenté la future Maison de la santé du Haut-Lac. En construction à Vouvry, ce centre médical regroupera une dizaine de médecins généralistes, pédiatres et gynécologues, pour six équivalents plein-temps. Le modèle est basé sur un partenariat public-privé entre les médecins et la commune qui investit 4,8 millions et sera propriétaire des locaux. «Le but est de faire une opération blanche. C'est-à-dire ne pas subventionner les médecins, ni de faire des bénéfices sur leur dos. L'important est de pérenniser une médecine de proximité de qualité», selon Reynold Rinaldi. Le centre desservira tout le bassin de population du Chablais, jusqu'à Saint-Gingolph. L'inauguration est prévue entre la fin 2016 et le printemps 2017.


Source : Le Nouvelliste du 17.09.2015

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16
F. +4127 720 60 18

www.regionvalaisromand.ch