17.10.2016« Portrait de créateur » : à Sierre

Passionné de mécanique, Elio Da Silva a éveillé son esprit d’entrepreneur durant son apprentissage. Après avoir consolidé son expérience professionnelle, il s’est lancé à 27 ans et a repris un garage à Sierre. Une localisation qui avait son critère d’importance selon son analyse du marché.

Elio Da Silva
Mécanicien
Garage de l’Union, Sierre

Ouvert en octobre 2015
Entretien-conseil en août 2015


Comment avez-vous eu l’idée de l’entreprise ?
J’avais le but de me lancer depuis la fin de mon apprentissage. Cette période, durant laquelle j’ai assumé déjà quelques responsabilités, m’avait donné l’avant-goût de la gestion, des rendez-vous avec les clients. J’aurais eu une opportunité de reprise une fois mon diplôme décroché, mais j’avais déjà signé pour une place dans un autre garage. De plus, je souhaitais acquérir encore un peu de pratique.

De l’idée à la réalisation, combien de temps s’est écoulé ?
L’idée est née en 2009. J’ai pu la réaliser en 2015. Durant ces années, j’ai enrichi mon expérience pratique que je perfectionnais dans le petit local de bricolage où je travaillais mes propres voitures. J’ai investi dans du matériel depuis de longues années. La localisation du garage était importante avant de démarrer à mon compte. D’une fois que j’ai trouvé le bon emplacement, tout s’est mis en place rapidement de juillet à octobre 2015.

Quelle a été l’étape clé à la réussite de votre projet ?
De trouver le local avec la situation qui me plaisait et un loyer que je pouvais assumer. J’ai fait mes calculs pour voir ce que je pouvais me permettre. J’avais également fait une analyse du marché du Valais romand et de la concurrence. Le garage que j’ai trouvé à reprendre à Sierre était bien situé, dans le périmètre que je m’étais fixé. Pour l’aménagement, je n’investis dans l’outillage qu’à partir du moment où je sais que cela me rapporte quelque chose.

Quels ont été les soutiens nécessaires, stimulants, réconfortants ?
Mon entourage qui a su me mettre en confiance et qui m’a encouragé dès le départ. Quand on réalise qu’on a donné sa lettre de congé, ça fait peur. Dès ce moment, on sait qu’on va devoir tout payer, mais on ne sait pas encore combien l’on va encaisser ! Au niveau administratif, je ne connaissais rien des démarches à entreprendre pour ouvrir son entreprise. J’ai pris contact avec l’Antenne Région Valais romand pendant la phase de signature du bail. L’entretien que j’ai obtenu m’a donné les conseils concernant les formes juridiques possibles ou encore la structure à mettre en place. Le tout m’a été très utile et j’ai été attentif à la mise en place des 10 étapes de la création.

Etre ou devenir entrepreneur ?
L'expérience professionnelle nous amène vers le chemin de l’entrepreneuriat. Si une personne dans son travail ne se motive pas à réaliser plus que ce qu’elle fait, être entrepreneur n’est pas fait pour elle. C’est difficile, je travaille plus que dans mon précédent statut d’employé. Je me suis lancé encore jeune, à 27 ans. Par contre, si je me plante, ça n’implique que moi.


Propos recueillis par l’Antenne Région Valais romand le 29 août 2016.

Antenne Région Valais romand
Centre de développement régional
Centre du Parc
Rue Marconi 19
1920 Martigny
T. +4127 720 60 16
F. +4127 720 60 18

www.regionvalaisromand.ch